11 novembre 1923: "A BAS LA GUERRE!"
Le 24/10/2018 à 12h10 par Archives Municipales
Résumé

Le 11 novembre 1923, dans une ville encore fortement marquée par quatre années d'occupation allemande, le maire Gustave Delory fait placarder sur les murs de la ville un vibrant appel à la paix et à l'amitié entre les peuples.

Cinq ans après la fin de la Première Guerre mondiale et ses quatre longues années d’occupation par les troupes allemandes, la ville de Lille est encore profondément meurtrie. Depuis 1919, le Maire Gustave Delory doit redresser la cité ruinée par la guerre, en proie au chômage, à la hausse des prix et aux pénuries de toutes sortes.

Malgré ses actions, les habitants subissent encore les conséquences de cette terrible période. Les commémorations de l'armistice dans les années qui suivent la fin de la guerre sont donc des moments particulièrement sensibles pour les Lillois.

 

11 novembre: une affiche placardée par Gustave Delory

 

A l'occasion de la journée commémorative du 11 novembre, Gustave Delory, Maire de Lille, mais aussi député du Nord et membre du bureau de la fédération du Nord de la SFIO, fait placarder une affiche sur les murs de la ville par laquelle il s'adresse "Au peuple de Lille" :

 

Archives municipales de Lille - 0D/4/114

 

 

Fort de son histoire personnelle, Gustave Delory exprime dans cette affiche une pensée pacifiste assumée.

En effet, il a été considérablement affaibli par la guerre, les privations et la maladie. Détenu à la citadelle de Lille en tant qu'otage, il est  ensuite interné en Allemagne au camp d'Holzminden de novembre 1916 à avril 1917.

 

De plus, sa position est celle portée par la SFIO qui voit dans une politique d’entente et de concessions mutuelles avec l’Allemagne la meilleure garantie pour le maintien de la paix[i]

Localement, il s'appuie sur les conséquences terribles de la guerre et de l'occupation pour délivrer son message de paix entre les peuples. A Lille, le programme de cette journée commémorative se veut ambitieux.

          

 

  Portrait de Gustave Delory

  Archives municipales de Lille - 1D2

 

 

La préparation des festivités

 

Ce 11 novembre 1923, de nombreuses manifestations sont programmées : remise de décorations à la citadelle, messe de requiem à l’église Saint-Maurice, banquet de l’Union Nationale des Combattants (UNC), départ d’un rallye-ballon, etc.

 

Différentes forces politiques et syndicales ont elles aussi prévu de marquer ce cinquième anniversaire.

 

La CGT, les membres du Parti Socialiste, la section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO), la Fédération du Nord, l’Union départementale… organisent une journée d'actions et de manifestations importante.

 

Le programme est détaillé dans les colonnes du Journal La Bataille, organe officiel de la Fédération du Nord du Parti Socialiste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         

 Journal La Bataille du 11 novembre 1923 (extrait)

 Gallica/Bibliothèque nationale de France.

 

 

Des tensions internationales 5 ans après la guerre

 

L’année 1923 a été particulièrement préoccupante pour la paix en Europe : en janvier, la France et la Belgique ont occupé la région de la Ruhr en réponse au non-paiement des indemnités de guerre ; en novembre, quelques jours avant l’anniversaire de l’armistice, Adolf Hitler a tenté de renverser le gouvernement bavarois par un putsch.

 

C'est dans ce moment de tensions internationales extrêmes que Gustave Delory adresse aux Lillois un message de paix et d'amitié entre les peuples.

 

Les tensions entre l’Allemagne et la France s’amoindriront l’année suivante avec l’arrivée au pouvoir en France du Cartel des Gauches et surtout à partir d’octobre 1925, par la signature du Traité de Locarno entre le représentant de l’Allemagne, Gustav Stresemann, et celui de la France, Aristide Briand.

 

Journal La Bataille du 11 novembre 1923 (extrait)

Gallica/Bibliothèque nationale de France.

 

Mots clés : 
Notes de bas de page
Partagez cet article