Présentation des fonds

 

De la charte de municipalité accordée à la ville par la comtesse Jeanne de Flandre en 1235 aux dossiers de l’actuelle politique municipale, ce sont près de 7 km linéaires de documents (des écrits, des plans, des photographies, etc.) qui sont conservés aux Archives municipales et témoignent de la riche histoire de la Ville.

 

 

Les archives sont répertoriées dans 3 grands ensembles, eux-mêmes décomposés en plusieurs sous ensembles:

 

LES ARCHIVES ANCIENNES

 

Les archives anciennes désignent l’ensemble des documents antérieurs à 1790.

A Lille, ces documents ne sont pas classés selon le cadre de classement thématique des archives communales de 1926.

 

 

On distingue 4 grands ensembles:

 

  • Les Pièces aux Titres: Le chartrier échevinale rassemble plus de 4000 chartes remontant pour la plus ancienne au XIème siècle. L'archiviste Max Bruchet en a dressé l'inventaire. D'abord chronologique, un inventaire méthodique est ensuite imprimé sous le titre "Inventaire sommaire des archives communales antérieurs à 1790, série AA, cartons et registres aux titres".

 

  • Les Affaires Générales: Ce fonds se compose de 18.000 dossiers classés thématiquement. Quelques-uns remontent au XIIIème siècle mais la majeure partie sont beaucoup moins anciens et sont surtout afférents aux affaires du XVIIe et XVIIIe siècle.

 

  • Le fonds dit "Desplanque":  Il s'agit d'un récolement général des archives anciennes opéré en 1899 par Emile Desplanque. Ce fonds rassemble sans classement apparent tous les dossiers antérieurs à la Révolution qui n'entre pas dans les fonds ci-dessus mentionnés. Un inventaire sommaire manuscrit rédigé au début du XXe siècle en est le seul instrument de recherche. Il se compose de 17.580 articles parmi lesquels se trouvent les registres aux Bourgeois, les registres aux résolutions du Magistrat, la comptabilité municipale depuis 1318.... De ce fonds ont été extraits les registres de catholicité qui ont été reclassés en série GG.

 

  • L'assistance publique: Le fonds dit du "bureau de bienfaisance" tire son nom de l'époque où l'inventaire des archives des organismes de l'aide sociale a été rédigé. Ce fonds regroupe l'ensemble des structures de bienfaisance qui se sont succédées depuis le XIIIème siècle : bureaux paroissiaux, écoles dominicales, Bourse commune des pauvres, Bureau de Bienfaisance et une partie des archives du Bureau d'Aide Social.

 

 

 

 

 

LES ARCHIVES MODERNES

 

Les archives modernes désignent les documents produits entre 1790 et 1983.

A Lille, l'incendie qui ravage l'hôtel de ville en 1916 détruit une grande partie des archives administratives du XIXème siècle et constitue une rupture nette dans la continuité des archives.

 

Les archives du XIXème siècle:

 

Des archives produites entre 1790 et 1916 il reste 2 fonds:

 

  • Le fonds dit "Révolution" : Il s'agit d'un récolement des documents produits pour la majeure partie entre 1790 et 1800. Il fait suite au récolement rédigé par Emile Desplanque et prend naturellement la suite de sa cotation soit de l'article 17.581 à 18.422. De ce fonds ont été extrait les registres de procès verbaux du conseil municipal (cote 1D2).

 

  • La collection Gentil: collection d'autographes, imprimés et documents divers; donnée à la Ville par l'adjoint au Maire Gentil-Descamps en 1867. Cette collection regroupe plus de 8000 articles pour certains antérieurs au XIVe siècle, mais pour la majeure partie, du XVIII et XIXe siècle.

 

 

 

 

Les archives modernes produites entre 1916 et 1983 sont classées selon le cadre de classement thématique réglementaire:

 

Série B : actes de l'administration départementale

Série C : bibliothèque administrative

Série D : administration générale de la commune

Série E : état-civil

Série F: population, commerce, industrie, agriculture, travail

Série G : contributions, administrations financières, PTT, poids et mesures, radio et télévision

Série H : affaires militaires

Série I : police, hygiène publique, justice

Série K : élections, personnel communal, protocole, distinctions honorifiques

Série L : finances de la commune

Série M : édifices communaux, monuments, établissements publics

Série N : biens communaux, cimetières

Série O : travaux publics, voirie, moyens de transport, eaux, rues, squares, jardins

Série P : cultes

Série Q : assistance et prévoyance

Série R : instruction publique, sciences, lettres, arts, sports, tourisme

Série S : entrées par voie extraordinaire (dons, legs...)

Série T : Urbanisme

Série Fi : plans, photos, cartes postales

Série Av: documents audios et vidéos

 

Aux Archives municipales de Lille, ces séries thématiques sont restées ouvertes et alimentées en documents jusqu'en 2005.

 

 

LES ARCHIVES CONTEMPORAINES

 

En 1979, une nouvelle loi-cadre pour les archives préfigure l'évolution majeure que sera la décentralisation (1983-1986) pour les collectivités territoriales françaises. La décentralisation coïncide avec l'explosion de la production de papier pour les administrations. La photocopie facile, la multiplication des compétences des villes engorgent les archives municipales. Pour palier cela les durées de conservations des documents sont mis à jour et la série W est créée.

Elle bouleverse l'approche des archives. Jusque là le fonds était la production entière d'un même producteur complétée par des versements. La série W fait de chaque versement un fonds. La clef d'accès à ces documents sont les bordereaux de versement.

A Lille, la série W a été mise en place en 2005.