/img/picture-pdf.svg /img/picture-pdf.svg
Accéder au visualiseur des médias : 2 médias

Hôtel de ville et mairies de quartier

  • Cote :

    1M/1

  • Date :

    1877-2009

  • Présentation du contenu :

    Tableau de concordance

    Les dossiers rendent compte de l'incendie de l'ancien hôtel de ville place Rihour en 1916 et de ses conséquences (démolitions, aménagements et déplacements de services municipaux) mais essentiellement de la construction du nouvel l'hôtel de ville (construit place Augustin Laurent selon les plans de l'architecte Dubuisson) et de ses aménagements. Les mairies de quartier du Vieux-Lille et des Bois blancs qui sont issues de la décentralisation du pouvoir municipal souhaitée par Pierre Mauroy sont également évoquées tout comme l'aménagement d'un Centre d'information municipal.

    Les pièces constitutives des dossiers (plans, photographies, mémoires des travaux exécutés, arrêtés, délibérations, correspondance...) illustrent les travaux effectués et ceux restés au stade de projets.

    Les dossiers de la construction de l'extension Pattou de l'hôtel de ville sont à consulter en 636W.

  • Description physique :

    Importance matérielle : 177 article(s)

  • Localisation physique : Archives municipales de Lille
  • Origine : Mairie de Lille
  • Biographie ou histoire :

    L'hôtel de ville de Lille se situait à l'origine place Rihour. Après l'incendie du 23 avril 1916 qui le détruisit en grande partie, certains services municipaux occupèrent des locaux réaménagés du bâtiment et d'autres furent provisoirement relocalisés (notamment dans la salle des fêtes de la Préfecture). Mais la reconstruction fut nécessaire.

    • Un emplacement au coeur du quartier Saint-Sauveur.

    Le choix de l'emplacement du nouvel hôtel de ville se porta sur le square Ruault dans le quartier Saint-Sauveur. En effet, les démolitions et expropriations nécessaires au projet étaient peu nombreuses (272 maisons rasées). De plus, il s'agissait de remanier totalement ce quartier populaire et industriel qui n'avait pas bénéficié des importants travaux d'urbanisme du Second Empire afin de recréer le centre-ville.

    • Le plan d'aménagement de l'architecte Émile Dubuisson.

    Un concours fut organisé dès le début de l'année 1920 pour la réalisation d'un plan d'aménagement, d'embellissement et d'extension de la ville.

    Emile Dubuisson (1873-1947), architecte lillois, professeur à l'Ecole des Beaux-arts et à l'Ecole régionale d'architecture de Lille, désigné comme l'architecte du futur hôtel de ville en 1920 ne participa pas au concours mais la réalisation du plan lui fut confiée. Il proposa son plan d'aménagement, d'embellissement et d'extension et plan général d'alignement et nivellement des parties à reconstruire en 1921. Dans celui-ci, l'évolution du quartier St Sauveur se traduisait par le percement de nouvelles rues et un remodelage des îlots afin de créer un alignement influencé par l'urbanisme Haussmannien.

    • La construction.

    Le bâtiment administratif fut construit de 1924 à 1929. Il mesure 153 mètres de long, 45 mètres de large, a une hauteur de 30 mètres et une superficie totale de 6054m. Il s'articule autour d'une galerie centrale mesurant 143 mètres de long et qui est le point d'origine de quatre pavillons.

    Le bâtiment (ou aile) des finances et le beffroi furent construits dans un même temps de 1928 à 1932. Le bâtiment des finances mesure 30 mètres de long et 15 mètres de large. Le beffroi pèse neuf mille tonnes et il est constitué de quatorze étages et cinq cent soixante et une marches. D'une hauteur de 105 mètres, il est surmonté d'un phare tournant visible à trente kilomètres. Symbole des anciennes libertés communales, il est aussi celui du rayonnement de la ville. Il fut inauguré le 15 octobre 1932 et classé au patrimoine mondial de l'humanité (UNESCO) en 2005. A sa base, se trouvent deux statues en béton armé de deux géants légendaires, Lydéric et Phinaert, fondateurs de Lille, sculptées en 1929 par Carlo Sarrabezolles (1888-1971).

    L'architecture de l'hôtel de ville est à la fois traditionnelle et régionaliste par l'utilisation de la brique et la présence des hauts pignons dits à pas de moineaux de la façade rue du Réduit et moderne par l'utilisation de briques de différentes couleurs, retravaillées (participant ainsi à la richesse décorative) et associées au béton armé apparent à l'extérieur (et notamment sur le beffroi) mais aussi à l'intérieur pour l'ossature même du bâtiment.

    • Réaménager et agrandir l'hôtel de ville

    Dès les années 1970, il fut question d'un agrandissement de l'hôtel de ville. Un premier projet présenté par Jean Willerval en 1973 fut abandonné au profit d'un réaménagement des locaux existants. Les menuiseries et les peintures extérieures furent également restaurées. Ce fut aussi le cas des bétons des façades de l'hôtel de ville et du beffroi à partir de 1988. A la fin des années 80, la construction d'une extension pour l'hôtel de ville fut de nouveau envisagée (se reporter au 636W).

    L'hôtel de ville fut classé monument historique en 2002.

    • La mise en place des mairies de quartier

    Les mairies de quartier ont vu le jour progressivement à partir de 1979 sous l'impulsion de Pierre Mauroy (maire de Lille de 1973 à 2001). La première d'entre elles était celle des Bois-Blancs. Elles avaient pour but d'être le trait d'union entre les quartiers excentrés et l'hôtel de ville afin de mieux répondre aux attentes des citoyens et faciliter leurs démarches administratives.

  • Historique de la conservation :

    Les dossiers étaient pour la majorité déjà conservés au sein du service des archives. D'autres sont issus d'un versement effectué en 2012 par la direction Maîtrise d'ouvrage et conduite d'opérations (MOCO) du pôle Qualité Développement de la ville (QDV) mais possèdent différents producteurs qu'il n'a pas été possible d'identifier clairement lors du traitement du fonds. Les dossiers produits à partir de la réalisation de l'extension ont été classés en 636W.

  • Modalités d'entrée :

    Type d'entrée : versement

    Date d'entrée :

  • Informations sur l'évaluation :

    Traiter ce fonds a été complexe parce qu'il a été nécessaire de vérifier l'ensemble des dossiers, de revoir toutes les analyses qui étaient approximatives, de scinder ou fusionner certains dossiers et de créer un plan de classement. Le fonds originel (1M1) a été divisé en deux fonds. Le 1M1qui traite de l'hôtel de ville Dubuisson, des mairies de quartier (des Bois-Blancs et du Vieux-Lille) ainsi que du Centre d'information municipal ; il a été clos en 1991. La suite abordant la construction et les aménagements intérieurs de l'extension et les réaménagements intérieurs de l'hôtel de ville et du beffroi a été basculée en 636W conformément au cadre de classement des archives communales.

  • Accroissement :

    L'inventaire est clos à l'année 1991. C'est-à-dire avant la construction de l'extension (versement 636W).

  • Mode de classement :

    Le plan de classement utilisé est un plan méthodique. Il replace les analyses selon un ordre thématique et chronologique qui reflète les phases successives de travaux. Des cotes ont été réattribuées suite à des fusions de dossiers et d'autres créées. Deux tableaux de concordance (anciennes et nouvelles cotes, et nouvelles et anciennes cotes) ont été créés pour chacun des fonds (1M1 et 636W).

  • Accès et utilisation :

    Communicable (sauf documents soumis à des délais spécifiques de communicabilité)

    Les documents communicables sont librement réutilisables.

    Sur le principe, la totalité des documents peuvent être réutilisés pour tout projet culturel (exposition, publication, documentaire...) à vocation commerciale ou non. Chaque projet devra néanmoins faire l'objet d'une présentation préalable au service des Archives. Dans tous les cas, il est nécessaire de vous rapprocher du président de salle de lecture ou de contacter le service avant d'entamer toute démarche.

  • Langue : Français

  • Caractéristiques matérielles et techniques :

    5,86 ml. (65 boîtes. 177 articles).

  • Autre instrument de recherche :

    La construction et l'aménagement de l'extension de l'hôtel de ville ainsi que les réaménagements des locaux de l'hôtel de ville classé et du beffroi ont été basculés en 636W (1986-2009).

  • Sources complémentaires :

    Hôtel de ville : 1W2, 1W3 et 1W10, 2W9, 5W1, 11W7, 43W89, 43W389 (1989-2002).

    Extension de l'hôtel de ville : 636W (1986-2009), 43W244 - 43W247 (1994-1998).

    Mairies de quartier : 5W4, 11W1, 11W9, 43W347 (1998-2002).

  • Bibliographie :

    Agence Thierry ALGRIN, architecte D.P.L.G - A.C.M.H, "Diagnostic, Etude historique et architecturale", juin 2011, 66 pages.

    Service Ville et Pays d'Art et d'Histoire de Lille, publication "Laissez-vous conter l'hôtel de ville".

  • Notes :

    Publié sur FranceArchives.

  • Localité : Lille (Nord, France)
  • Sujet : bâtiment administratif
  • Mots-clés