Don M. SWETCHINE-LECOMTE - Archives familiales de la famille Deplechin.

  • Cote :

    31S

  • Date :

    1641-1987

  • Présentation du contenu :

    Présentation générale du fonds

    Le fonds est constitué des archives de la famille Deplechin, plus spécialement celles de la branche dont descend le donateur, arrière-arrière-petit-fils d'Eugène Deplechin. 

    Le fonds est composé de plusieurs ensembles : 

    Les archives d'Eugène Deplechin

    La majeure partie du fonds concerne les archives d'Eugène Deplechin : documents de famille et documents relatifs à l'activité artistique et aux divers engagements du sculpteur. Le fonds contient de nombreuses photographies de famille d'Eugène Deplechin, de ses parents, de son épouse et de ses enfants, ainsi que la correspondance échangée avec les membres de sa famille ou avec les interlocuteurs avec lesquels il est en contact dans le cadre de différentes activités. 

    Les activités artistiques, essentiellement comme sculpteur, mais pas exclusivement, sont très représentées dans le fonds : photographies, gravures ou croquis, récompenses, ... mais aussi des documents qui témoignent sa participation active à la vie mondaine et culturelle lilloise. Le dossier concernant l'activité du cirque amateur lillois est particulièrement intéressant. Ces dossiers éclairent, à leur échelle, sur la vie culturelle lilloise au XIXè siècle et sont particulièrement intéressants dans la mesure où les archives publiques communales de cette période ont quasiment toutes disparues lors de l'incendit de l'Hôtel de Ville en 1916. 

    Le fonds permet aussi de mieux connaître les distinctions honorifiques obtenues tout au long de sa vie. 

    Les archives de Jacques Deplechin

    Les archives relatives à Jacques Deplechin sont moins nombreuses que celles d'Eugène Deplechin. Elles comprennent des documents de famille, photographies et correspondance essentiellement. Une partie d'entre elles éclairent sur son activité en tant que militaire. Un dossier assez riche traite également de l'activité de Jacques Deplechin au sein du cirque amateur.

    Mais la majeure partie des archives qu'il a laissées portent sur les nombreuses recherches qu'il a effectués sur les origines de sa famille. Il démontre que sa famille était issue d'une des plus anciennes familles de l'aristocratie du Hainaut, la famille Mota d'Esplechin, dont les origines remontent au début du XIIè siècle. 

     

    Les archives de la famille Henneton-Sloodts

    Enfin, le fonds renferme quelques documents ayant appartenu à la belle-famille de Jacques Deplechin (photographies, documents d'état-civil, documents de généalogie...).

    Les objets et oeuvres artistiques conservées au Musée de l'Hospice Comtesse

    A côté des documents sur support papier, M. Lecomte-Swetchine a fait don à la Ville de Lille de costumes, objets et oeuvres artistiques ayant appartenu à Eugène et Jacques Deplechin. Ils sont conservés au Musée de l'Hospice Comtesse, spécialisé dans la conservation d'objets et d'oeuvres de cette nature. 

    En voici la liste : 

    - Deux médaillons en plâtre des parents d'Eugène Déplechin, Célerine et Jean-Baptiste, signé E. Déplechin 1872, de 27 cm de diamètre.

    - Portrait de Célerine Déplechin, peinture sur toile dans un cadre mouluré et doré d'origine. Dimensions : H toile : 65,7 cm, l : 54,5 cm, H cadre : 95 cm, l : 85 cm

    - Portrait de Jean-Baptiste Déplechin, peinture sur toile dans un cadre doré, dimensions : H toile : 65,5 cm, l : 54,5 cm, H cadre : 76,5 cm, l : 54,5 cm

    - Portrait d'Alphonse Duquesne, son beau-père, peinture sur toile dans un cadre doré et mouluré. Dimensions : H toile : 75,2 cm, l : 61,5 cm, H cadre : 88 cm, l : 74,5 cm. Son beau-père a aussi été le modèle pour un médaillon en bronze Un vieux de la vieille d'E. Déplechin qui se trouve dans les collections du Palais des Beaux-Arts. 

    - Dessin d'un homme âgé, dessin de jeunesse, fusain et craie, signé en bas à droite, E Déplechin 1872. Dimensions : H cadre : 50 cm, l : 38,5 cm.

    - Costume de Vice Consul d'Italie ayant appartenu à Eugène Déplechin

    - Costume rouge ayant appartenu à Eugène Déplechin

    - Costume de clown ayant appartenu à Eugène Déplechin

    - Uniforme de cuirassier ayant appartenu à Jacques Dépechin

    - Casque honorifique 1914-1918

    - Miroir de campagne 1914-1918.

     

  • Description physique :

    Importance matérielle : 61 articles

  • Origine : Fonds ou collections d'origine privée confiés par des particuliers ou associations
  • Biographie ou histoire :

    Les archives relatives à Valentin-Eugène Deplechin, connu sous le nom d'Eugène Deplechin, industriel lillois et statuaire, ont été données à la Ville de Lille par son arrière-arrière-petit-fils, M. Cédric Lecomte-Swetchine, avocat.

    Il s'agit des archives relatives à la branche familiale dont est issu M. Lecomte-Swetchine : 

    - Valentin-Eugène DEPLECHIN, fils de Jean-Baptiste DEPLECHIN, indutriel lillois,
    - Jacques DEPLECHIN (fils),
    - Françoise DEPLECHIN (petite fille unique),
    - Didier LECOMTE-SWETCHINE (arrière petit fils),
    - Cédric LECOMTE-SWETCHINE (arrière arrière petit fils)

    Valentin-Eugène Deplechin

    Valentin-Eugène Deplechin, mieux connu sous le nom d'Eugène Deplechin, est un industriel et statuaire lillois. Il est né à Roubaix le 27 mai 1852 et est décédé à Thiais le 4 mars 1926. Il est le fils de Célérine et Jean-Baptise Deplechin, industriel, qui fonde en 1845 les Etablissements Deplechin spécialisés dans la fabrication et la vente de pompes et de tuyaux en plomb et en étain. D'abord implantée à Roubaix, l'entreprise s'installe à Lille (rue de Douai) en 1865.

    Eugène Deplechin effectue ses études au Lycée Faidherbe à Lille. Passionné d'art, il se forme à la sculpture à l'Ecole des Beaux-Arts.

    Tout en travaillant aux côtés de son père, il se consacre à la création artistique, domaine dans lequel il se fait connaître. Au décès de son père en 1892, il prend la tête de l'entreprise et la spécialise dans la fabrication des pompes mécaniques et industrielles. Son fils, Jacques Deplechin, lui succède en 1914.

    Eugène Deplechin complète la formation reçue à l'Ecole des Beaux-arts de Lille par de nombreux voyages. En Italie, il étudie les maîtres de l'Antiquité et la Renaissance. Ses voyages en Afrique (Egypte, Tunisie, Soudan, Maroc) développent chez lui un réel goût pour l'orientalisme et lui inspirent des sculptures comme le Jeune Nubien, présenté au Salon de 1882 ou le Fellah des bords du Nil présenté au Salon de 1890. Son talent est reconnu au-delà de la région et il figure dans nombre d'expositions officielles, notamment au prisé Salon de Paris à partir de 1873.

    Tout au long de sa carrière, ses œuvres restent imprégnées de classicisme. Parmi les œuvres ayant contribué à sa réputation figurent Le Charmeur (musée de Barcelone), Amphitrite ou encore la Fontaine de Bacchus (Palais des Beaux-Arts de Lille). A Lille, il est également l'auteur du médaillon du Général Faidherbe au cimetière de l'Est ainsi que de la statue d'Auguste Angellier, poète lillois, qu'il réalise quelques mois avant sa mort (statue inaugurée en 1928 et située dans un petit square proche de l'ancienne université). Mais l'œuvre la plus populaire de Deplechin reste sans conteste le monument au chansonnier Alexandre Desrousseaux inauguré en 1902 dans l'actuel square Foch. Le monument se compose d'un buste d'Alexandre Desrousseaux surplombant une statue en marbre évoquant la chanson la plus célèbre du chansonnier, L'canchon dormoire. Berceuse du P'tit Quinquin (1853) à travers une représentation de la dentelière berçant son petit garçon endormi dans ses bras.

     

    Eugène Deplechin est également très impliqué dans la vie culturelle et artistique lilloise. Il fait partie de nombreuses commissions et sociétés artistiques (membre de la société des artistes français, membre de la société des sciences, des lettres et des arts, membre de la commission centrale des musées, président de la commission du musée de sculpture du Palais des Beaux Arts, président de la commission administrative de l'Ecole des Beaux-Arts, vice-président des Rosati de France, ancien président des anciens élèves de l'Ecole des Beaux-Arts, ancien président et membre d'honneur) et participe à la vie mondaine comme en attestent les nombreuses invitations, affiches et menus conservés dans le fonds. Il est également un gymnaste accompli et s'implique dans la pratique du cirque amateur. Il occupe les fonctions de Vice-président de la Française de gymnastique et de préparation militaire de Lille, et celles de président de l'association régionale des gymnastes du Nord et du Pas-de-Calais. 

    Eugène Deplechin a également été officier de l'Instruction publique, commandeur de l'Ordre royal d'Isabelle la catholique d'Espagne, officier de l'Ordre du Nichan de Tunisie, Chevalier de l'Ordre du Christ du Portugal et Vice Consul d'Italie en XXXX.

    Il décède à l'âge de 74 ans en 1926, à Thiais en région parisienne.

    Jacques Deplechin

    Fils aîné d'Eugène Deplechin, Jacques Deplechin est né à Lille le 27 février 1888 et décédé à Paris le 25 octobre 1950. Après avoir travaillé aux côtés de son père au sein de l'entreprise familiale dès 1908 puis en avoir pris la tête en 1914, il est mobilisé et sert, pendant la Première Guerre mondiale, dans un régiment de cuirassiers avant d'être rattaché à un régiment d'artillerie au sein d'un service automobile.

    A sa démobilisation en 1919, il réinstalle les usines de l'entreprise familiale rue Frédéric Mottez, celles-ci ayant été intégralement saccagées par les Allemands. Il reste à la tête de l'entreprise au moins jusqu'en 1923. Par la suite, il deviendra assureur. 

    Suivant les traces de son père, il s'adonne à la gymnastique et devient une figure importante du cirque amateur. 

    Il décède à Paris en 1950. 

  • Historique de la conservation :

    Les archives et objets ayant fait l'objet d'un don à la Ville ont toujours été conservés dans la famille Deplechin. Ils ont été réunis par M. Lecomte-Swetchine après le décès de sa grand-mère Françoise Deplechin, qui était l'unique petite-fille d'Eugène Deplechin. 

    Les archives et objets conservés dans cette branche de la famille ont échappé à une dispersion familiale qui tient, selon le donateur, à la qualité de petite-fille unique de sa grand-mère (mail aux Archives municipales de Lille, 18/09/2013). 

    Conscient du risque de leur disparition, M. Lecomte-Swetchine a souhaité en faire don à la Ville de Lille où son aïeul a vécu et laissé le plus de traces de son talent artistique. Le don est devenu effectif par arrêté du Maire en date du 29/01/2014. Afin d'assurer les meilleures conditions de conservation à l'ensemble des pièces composant le fonds, il a été décidé que l'ensemble des archives familiales seraient conservées aux Archives municipales et les costumes, objets et tableaux au Musée de l'Hospice Comtesse. 

  • Modalités d'entrée :

    Type d'entrée : don

    Date d'entrée : 11/04/2014

  • Informations sur l'évaluation :

    Aucune élimination n'a été réalisée dans ce fonds; tous les documents donnés sont conservés.

  • Accroissement :

    Le fonds est clos donc n'a pas vocation à s'accroître. 

  • Mode de classement :

     

    Les documents ont été classés selon un plan de classement thématique.

  • Accès et utilisation :

    Conformément à l'article 4 de la convention de don établie entre la Ville de Lille et le donateur M. Cédric Lecomte-Swetchine, les documents seront communiqués dans le respect des règles applicables aux archives publics (Code du patrimoine). 

    NC Communicable sous réserve des délais de communicabilité

     

     

  • Langue : Français

  • Localité : Lille (Nord, France)
  • Mots-clés