Chargement
  • Lille en 1914: des premières heures de la guerre au début de l'occupation

Lille en 1914 : des premières heures de la guerre au début de l'occupation

Lille. - Occupation allemande.

1914-1918

Lille à l'aube de la Première Guerre mondiale

Comme partout en Europe, lorsque la presse lilloise annonce l’attentat qui a coûté la vie à l’archiduc héritier François Ferdinand d’Autriche, le 28 juin 1914 à Sarajevo, la nouvelle ne fait pas grand bruit. Durant tout le mois de juillet, comme dans la plupart des grandes villes européennes, la situation internationale n’est pas encore jugée alarmante. Ce n'est qu'après l'ultimatum posé par l'Autriche à la Serbie le 24 juillet que les rumeurs de guerre imminente et de la mobilisation qui en découle suscitent progressivement inquiétude et résignation au sein de la population.
C'est dans ce climat que le maire de Lille, Charles Delesalle, annonce à ses administrés l'ordre de mobilisation générale le 1er août. Dès lors, à Lille, comme partout en France, c’est l’Union Sacrée, la guerre est certes perçue comme un échec mais surtout comme la seule manière de lutter contre l’impérialisme allemand.

La situation militaire de Lille

La situation militaire de Lille, au mois d’août 1914, est relativement compliquée. Début août, la ville de Lille est déclarée « ville ouverte » et est déclassée par le gouvernement. Cela signifie que la ville ne fait pas partie du système de défense de l’armée française et qu'elle ne sera pas défendue en cas d'attaque.

Cependant plusieurs ordres contradictoires vont être donnés par rapport à cette situation (le 20 août la ville doit être défendue, le 24 août elle est à nouveau ville ouverte...). Les autorités militaires locales reçoivent finalement l'ordre d'évacuer la ville en urgence fin août.


Cette succession d’ordres contradictoires et d’hésitations est à l’origine de la panique et du désordre dans lesquels cette évacuation va avoir lieu : beaucoup d’armes, de matériel, de vivres et même de soldats en cours de mobilisation sont laissés sur place.


Lille. - Gare


La première occupation de Lille

Les premières unités allemandes pénètrent en ville au début du mois de septembre. Une délégation se rend à l’Hôtel de Ville et annonce au maire et à l'administration municipale que la ville est occupée à partir de cet instant. Des affiches sont placardées partout dans Lille pour informer la population. Les nouvelles règles sont établies et publiées. Les soldats allemands défilent en ville et occupent les bâtiments publics. Ils tentent également de lever une première contribution de guerre.

Finalement, après trois jours passés à Lille entre les 2 et 5 septembre, les Allemands quittent la ville, non sans avoir réquisitionné une grande partie des vivres conservées dans les magasins généraux. L'armée allemande est en difficulté dans la Marne et a besoin de tous les renforts disponibles.


Information à la population. - Occupation, consignes à respecter: 1 affiche


Le siège de Lille

Entre les 3 et 7 octobre, les combats sont intenses entre l’armée allemande et les unités alliées encore basées à Lille et dans les communes environnantes. Les 8 et 9 octobre, les dernières troupes qui stationnent à Lille reçoivent l’ordre de quitter les lieux pour aller renforcer les défenses de Lens et Arras notamment. Cette mesure, prise dans l’urgence, est compliquée à mettre en place. Finalement, environ 3000 hommes sous les ordres du commandant de Pardieu doivent rester sur place.

Lille. - Porte de Douai.


Lille. - Rue Faidherbe.


Le siège de Lille

Entre les 10 et 12 octobre, les défenseurs de Lille vont devoir faire face aux assauts répétés de l’armée allemande ainsi qu'à d’intenses bombardements particulièrement destructeurs. Les pompiers ne sont pas en mesure de limiter les incendies déclenchés par ces bombardements car la ville n’est plus ravitaillée en eau. Durant ces trois jours, plus de 2000 maisons ou immeubles sont détruits. Les quartiers les plus touchés sont les faubourgs industriels, notamment Fives, ainsi que le centre ville, en particulier le quartier de la gare où 13 hectares d’immeubles sont rasés, surtout dans les rues Faidherbe, de Tournai, du Molinel, de Paris, Neuve et de Béthune. Ces bombardements provoquent la mort de plus de 200 civils tandis que 300 autres sont blessés plus ou moins grièvement.

Lille. - Rue Inkermann : Hôtel de Bretagne.


Le siège de Lille

Le 12 octobre en fin d’après-midi, après avoir quasiment épuisé toutes leurs munitions, le commandant de Pardieu et ses hommes, qui se sont retranchés dans la citadelle, finissent par capituler. Ils auront finalement réussi à ralentir considérablement la progression de l’armée allemande dans sa conquête du bassin minier en obligeant environ 50 000 hommes à combattre pendant plusieurs jours pour prendre la ville.

Lille. - Rue Faidherbe.


Lille. - Rue du Vieux-Marché-aux-Poulets.


Le 13 octobre 1914 : Lille est occupée

Dès le 13 octobre, la  population est informée par affichage d’un message du maire Charles Delesalle du début de l’occupation de la ville.

C’est la 6ème armée qui prend possession de la ville et son commandement s’installe à la préfecture.

Débutent alors quatre années d'une occupation très difficile, qui marquera durablement la ville et sa population.

Arrivée des allemands. - Occupation, consignes à respecter


Arrivée des allemands. - rappel de certaines consignes à respecter


Crédits

Conception et textes: Archives municipales de Lille

Numérisation des documents: Archives municipales de Lille