Restaurer les archives : on vous explique.
Le 28/01/2021 à 15h48 par Archives Municipales
Résumé

Retour sur la campagne de restauration de 2020.

Les Archives de Lille procèdent chaque année à la restauration d’une sélection de documents. Le retour aux Archives de documents en décembre 2020 est l’occasion pour nous de vous faire découvrir cette activité indispensable à la préservation du patrimoine écrit.

Plan du projet de jardin des plantes restauré en 2020

Archives municipales de Lille - 845W967

 

 

Pourquoi restaurer ?

 

Le but de la restauration est de rendre lisibles et manipulables des documents très endommagés. Elle permet également de prévenir la dégradation des documents dans le futur, afin qu’ils puissent être transmis aux générations futures.

 

La restauration de documents nécessite un savoir-faire et des techniques spécifiques que n’ont pas les archivistes. Les documents sont ainsi confiés à un restaurateur qui les étudient et définit les interventions appropriées.

 

La restauration porte à la fois sur le matériau (papier, parchemin) et sur les techniques employées (reliures). Le restaurateur doit être formé à plusieurs techniques de restauration en fonction de la typologie et du support des documents. En effet on ne restaure pas de la même manière un parchemin qu'un plan ou qu'une photographie . Son travail est guidé par 4 grands principes :

  • conserver l’authenticité du document

  • respecter les techniques anciennes

  • réaliser une restauration décelable mais discrète

  • employer des produits réversibles et stables (colle neutre par exemple)

 

Que restaurer ?

 

Restaurer n’est pas une opération anodine que ce soit techniquement (le document peut être amené à subir des modifications importantes) ou budgétairement.

Etant donné le coût de l’opération et le temps nécessaire pour la réaliser, les archivistes ne peuvent faire restaurer tous les documents. Ils doivent donc prioriser ceux qui nécessitent une intervention.

 

A Lille, nous privilégions ainsi :

  • les documents qui se dégradent rapidement et risquent de disparaître ou ne plus être communiqués

  • les documents souvent consultés car les manipulations excessives les dégradent. La restauration est toujours couplée à la numérisation afin de retirer le document de la consultation et privilégier ensuite la consultation numérique.

  • les documents qui seront présentés lors d’expositions 

 

Pour l’année 2020, les Archives de Lille ont choisi de faire restaurer les documents suivants :

 


Le registre 376 : restaurer pour garantir le maintien de la communication du document

 

Certains documents, trop dégradés, ne peuvent plus être communiqués au public car leur manipulation entrainerait des dommages supplémentaires. Ces documents sont traités en priorité. En effet, une des missions des archivistes est de garantir la communication des documents 

 

                            

   Le registre avant restauration ...                                 et après restauration

 

 

Parmi ces documents restaurés en 2020, le registre aux ordonnances du Magistrat (1421-1443) conservé sous la référence 376.

Ce document contient les décisions prises par le Conseil gérant la Ville jusqu’à la Révolution. Le registre ayant perdu une partie de sa couvrure, les feuillets n’étaient plus protégés et se sont fortement dégradés (déchirures, poussière). La reliure, elle aussi très endommagée, nécessitait une intervention.

 

Les cahiers constituant le registre ont été entièrement démontés. Après dépoussiérage, chaque feuille a été restauré par doublage ou comblage des lacunes au papier japon, un papier neutre très fin et très résistant.

La couvrure en parchemin a été remise en plat en chambre d’humidification et ses lacunes comblées à l’aide de parchemin teinté.

L’ensemble a été de nouveau réunis par une reliure confectionnée à l’identique avec des matériaux similaire.

 

Découvrez quelques images de cette restauration en vidéo en cliquant sur l'image ci-dessous : 

 

 

Le but de la restauration n'est pas de reconstruire l'état d'origine du document, mais de rétablir sa fonctionnalité, de pouvoir de nouveau le communiquer, en conservant la matière originelle du document. Toute restauration doit être visible et les matériaux utilisés facilement identifiables.

Sur la couvrure on repère ainsi facilement la partie rajoutée par le restaurateur.

 

 

Le dossier AG/129/22 : restaurer pour valoriser

 

Certains documents, que les archivistes souhaitent mettre en valeur lors d’exposition par exemple, nécessitent parfois une restauration.

 

Parmi eux, le dossier coté AG/129/22 rassemble des pièces rédigées entre 1601 et 1767 traitant de la chaussée de Lille à Warneton, de la construction d’un pont sur la Lys et d’une redoute, un fort, pour le défendre. L’ensemble du dossier comporte une centaine de feuillets accompagnés de plans et d’une pièce en parchemin scellée.

 

Ces documents nécessitaient un dépoussiérage et pour certain de petites actions de comblage, une remise à plat pour les plans et le document parchemin.

 

   Etat des documents avant restauration...                                    et après

 

  • L’ensemble des 97 feuillets a été nettoyé par gommage et par brossage.

  • Les déchirures ont été consolidés au papier japon et les lacunes comblés.

  • Les plans ont été mis à plat.

  • Le document scellé, des lettres patentes signés par Louis XIV, a été reconditionné de façon à ce que le sceau soit protégé.

 

Ce dossier restauré représente le paysage le long de la Deûle à la fin du XVIIe siècle, entre ce qui est aujourd’hui Quesnoy-sur-Deule et Warneton.

 

 

On peut y observer les villages de Quesnoy et de Deûlémont

 

  

 

Le pont construit à proximité de Deûlémont.

 

 

Le plan de la redoute à mâchicoulis, dessiné par Vauban.

 

 


 

 

 
 
 

Les plans ont été numérisés et mis en ligne. 

 

Le plan 845 W 967 : on restaure également les documents récents.

 

La restauration n’est pas réservée aux documents anciens. Les supports du siècle dernier se dégradent très rapidement, en particulier les documents sur papier acide (journaux, calques, etc.)

 

Ce plan du jardin des plantes daté du 4 juillet 1945 établi sur calque a été dégradé par ses multiples pérégrinations et rangements dans des locaux inadaptés à la conservation des archives.

 

Le calque avant sa restauration

 

Le document a été dépoussiéré à l’aide d’un pinceau à poil souple et d’une gomme douce non abrasive puis placé en chambre à humidification. Le support a été progressivement détendu.

 

Quelques lacunes ont été comblées au papier japon.

Le document, reconditionné dans un étui en matériau neutre, a été numérisé et sera prochainement mis en ligne.

 

Le document a été dépoussiéré à l’aide d’un pinceau à poil souple et d’une gomme douce non abrasive puis placé en chambre à humidification. Le support a été progressivement détendu.

 

Découvrez quelques images de cette restauration en vidéo en cliquant sur l'image ci-dessous : 

 

 

Quelques lacunes ont été comblées au papier japon.

Le document, reconditionné dans un étui en matériau neutre, a été numérisé et sera prochainement mis en ligne

 

Le document une fois restauré

 

Les opérations de restauration se poursuivent en 2021.

Parmi les documents sélectionnés, un ensemble d’affiches du début du XXe siècle, des plans du XVIIIe ainsi que des chartes médiévales.

 

Partagez cet article
Billets proches

Aucun billet trouvé